L’objectif est de développer une approche urbaine de la permaculture, en ayant Paris pour cadre d’action et de réflexion, dans une démarche proche des villes en transition. C’est à dire une ville viable et résiliente. Ce site vise à:

  1.  informer sur la démarche, sur ses enjeux, ses projets,

  2. constituer un espace d’action, d’expérimentation pour développer une ville résiliente,

  3. promouvoir une « ville comestible » et développer la nature en ville,


 fleur

 

À l’origine ciblée sur l’agriculture, progressivement élargie aux autres champs de la société, la permaculture est une discipline parfaitement adaptée aux milieux urbains denses, qui permet de voir la ville comme un écosystème global, où l’ensemble de ses éléments sont en interaction, autorégulés et productifs. 

La ville est un espace d’intervention idéal au sens où elle multiplie les supports, les interfaces, les microhabitats. La permaculture permet ainsi d’opposer une densité naturelle (biodiversité) et utile (nourriture, régulation thermique, cadre de vie, …) à une densité humaine et bâtie. Concrètement, parmi les terrains d’application de la permaculture à paris : 

  • reconquérir les délaissés urbains, les friches, tout en impliquant les parisiens, dans la reconquête de ces espaces. Ce qui permet ainsi de remplir plusieurs objectifs : développer la nature en ville tout en créant du lien social,

  • reconquérir le cadre bâti (toit, murs, etc.)

  • redéfinir les liens à l’échelon régional en favorisant la création d’une ceinture maraîchère autour de l’agglomération dense, pour favoriser de productions locales, dans une optique de sécurité alimentaire,

Le mouvement des villes en transition a été fondé par un professeur de permaculture, et est donc fortement lié à cette discipline. Ce mouvement, en plein développement (une trentaine de groupes en France, plusieurs dans l’agglomération parisienne), et s’appui ainsi sur des initiatives existantes tel que des jardins partagés, des Amap, etc., pour mobiliser habitants et bâtir une ville « post carbone ».

Ce qui peut être fait à Paris :

  • recenser les espaces à reconquérir, les toits susceptibles d’être végétalisés,

  • établir un plan d’action pour la valorisation de ces espaces, en s’inspirant de cette discipline et en mobilisant les habitants,

  • développer des plantations utiles pour la ville : concept de ville comestible, avec arbres fruitiers, développer les plantes mellifères, etc., tout favorisant la biodiversité,

  • développer un plan de végétalisation des pieds d’arbre,

  • multiplier les forêts urbaines, suivant les techniques de la permaculture (recréation d’un écosystème riche, productif), notamment aux abords des infrastructures,

  • créer un ou plusieurs lieux d’expérimentation en permaculture à paris intramuros, à but pédagogique,

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :